Vous êtes ici :  Accueil > F5SWN > Constructions > Commutateur de Micro

Commutateur de Micro

 
Commutateur de Micro

Voici la description d'une réalisation permettant de commuter un micro-casque, un manipulateur de télégraphie, un HP externe vers quatre transceivers.

Ce commutateur inclut également un compresseur commutable, alimenté par le transceiver utilisé.

En façade, on trouve un interrupteur HP/MUTE, un réglage de volume pour le casque, un interrupteur ON/OFF pour le compresseur suivi de son réglage de niveau de sortie et enfin la sélection du transceiver.

Sur le coté, la sortie vers le HP externe, l'entrée pour le manipulateur de télégraphie, la sortie vers le casque et l'entrée micro. Ces deux dernières sont cote à cote afin de permettre de brancher facilement un micro-casque.

Sur l'arrière, on trouve les sorties micro, HP, CW à destination de quatre transceivers.

Évidemment cette configuration correspond à ce que je souhaitais pour ma station. L'avantage de construire quelque chose à son idée est d'avoir le choix de l'ergonomie -surtout quand on est gaucher-, des fonctions, de l'esthétique.

 

Le schéma

Commutateur Micro

Pour des raisons pratiques, les broches correspondant aux commandes UP, DOWN et FAST ne sont pas commutées et donc pas reliées. Seules les broches MIC, masse MIC, masse, PTT et +V sont utilisées et toutes les embases châssis micro sont câblées YAESU.

Important, les masses sont commutées et jamais reliées ni entre elles, ni au boitier. Le blindage de la partie compresseur est seulement relié à la masse micro.

Une petite précision concernant la LED de présence du +V. Elle est alimentée curieusement par un transistor FET dont la référence a peu d'importance d'ailleurs. Dans cette configuration, le transistor est un générateur de courant constant et founi quelques mA, suffisamment pour alimenter une LED. On peut ainsi appliquer sur le drain de 3 à 30V sans que la luminosité ne change. Comme le +V varie entre 5 et 8V selon le transceiver utilisé dans ma station, la LED s'éclaire donc toujours de la même façon.

 

Le plan de câblage

Commutateur Micro

Il s'est avéré indispensable afin de s'assurer de ne rien oublier. D'autant que le commutateur choisi comportant trois étages de trois circuits, les derniers fils raccordés recouvrent forcément les précédents et il est préférable de ne pas se tromper.

La boucle entourant certains fils évoque le blindage d'un câble coaxial et le fil qui en sort, sa tresse de masse.

 

Les fournitures

Le commutateur
Commutateur Micro

La première difficulté est de trouver le commutateur. Avant même d'aller plus loin, c'est lui qui conditionne tout le reste. Il existe un produit du commerce qui utilise des commutateurs rectilignes et on peut d'ailleurs trouver d'anciens sélecteurs à boutons poussoirs.

Pour ma part, je souhaitais un modèle rotatif et vu le nombre de circuits nécessaire, forcément à galettes. Et bien, aussi étonnant que cela puisse sembler, il est très facile de se procurer des commutateurs à galettes peu encombrants et d'excellente facture, à un prix très raisonnable. Il s'agit de produits "NOS" pour "New Old Stock", bref des articles jamais utilisés ni montés, datant parfois des années 50 voire même avant !

J'ai donc commandé en Ukraine un commutateur d'origine russe, garanti tout climat, hermétique, fourni avec son bouton et ses vis de fixation. Il comporte quatre positions pour neuf circuits, exactement ce qu'il me fallait. De plus, il est minuscule, seulement 55mm de longueur en ce qui concerne la partie qui se trouvera dans le boitier pour un diamètre maxi de 30mm contacts compris. Si vous faites le même choix, sachez que les vis fournies sont des M2,5 à tête bombée. Il faudra se procurer des têtes fraisées si vous souhaitez qu'elles ne dépassent pas de la façade -ou jouer comme moi de la dremel-.

Commutateur Micro
Commutateur Micro

Petite précision sur son brochage. Chaque galette comporte douze plots et le commutateur relie entre elles les galettes par paires. Ici, nous avons quatre positions, donc trois circuits par paire de galettes. Ainsi, lorsque le commutateur est en position 1, le plot N°1 de la première galette est relié au N°1 de la seconde. Comme il y a trois circuits de quatre positions sur une galette, le N°5 est aussi relié au N°5 le N°9 avec le N°9. Si on passe en position 2, ce sera le N°2 de la première galette qui sera relié au N°2 de la seconde et on aura donc aussi les couples 6-6 et 10-10. Il faut donc relier ensemble les N°1,2,3 et 4 de la première galette pour faire le commun du premier circuit, idem pour 5,6,7,8 et pour 9,10,11,12.

Même chose pour la deuxième paire et pour la troisième et cela nous fait bien en tout neuf circuits. Cette configuration est différente des commutateurs classiques qui comportent un plot unique -parfois décentré- pour former le commun de chaque circuit.

 

Le boitier
Commutateur Micro

Ses dimensions sont surtout conditionnées par le nombre de connecteurs à installer, en tout onze embases châssis jack et cinq embases micro. J'ai finalement opté pour un petit modèle de 16cm de large, 4 de haut et 8 de profondeur, en aluminium présentant l'avantage de comporter des cotés rejoignant les deux façades. Cela permet d'ôter les capots sans avoir à désolidariser quoi que ce soit et ainsi d'intervenir facilement pour le câblage ou plus tard une éventuelle maintenance.

 

Le compresseur
Commutateur Micro

Il n'est pas indispensable mais si cela vous intéresse, il s'agit d'un circuit bien connu, le SSM2167. On trouve facilement ce circuit déjà monté sur un petit module comportant les composants CMS nécessaires à son fonctionnement. On peut paramétrer le seuil de bruit et le taux de compression en fixant les valeurs de deux résistances.

Comme j'utilise exclusivement un micro casque Heil-Sound muni d'une cellule HC-4 et donc sans préamplification, je n'ai pas mis de réglage de niveau d'entrée, seulement un niveau de sortie.

Ce module est alimenté par le transceiver en permanence, même lorsqu'il n'est pas utilisé. Mais on peut remplacer le switch de by-pass par un triple inverseur et ainsi ajouter la coupure de son alimentation.

J'ai monté ce module sur une portion de circuit imprimé comportant une régulation 5V afin de l'alimenter correctement. En effet, le +V peut être de 8V sur certains appareils. Lorsque le +V = 5V, le régulateur ne fonctionne plus et sort un peu plus de 4V. Néanmoins on peut tout aussi bien mettre un régulateur 3,3V, le SSM2167 fonctionnant parfaitement à partir de 2V.

 

Liste

Voici la liste des fournitures utilisées avec leur coût. C'est un projet qui revient à une soixantaine d'euros sans compter les cordons qu'il faudra réaliser pour relier chaque transceiver.

Liste fournitures

 

Réalisation

quelques photos valent mieux qu'un long discourt.

Le boitier est fixé sous une étagère de la station par un velcro de type  "dual lock", -celui à picots qui comporte deux faces identiques-, ce qui permet de le déposer facilement le cas échéant. Ce modèle est très efficace car beaucoup plus rigide que le velcro classique, l'action sur le commutateur ne fait même pas bouger le boitier, on dirait que ce dernier est fixé par des vis !

 

La façade

Sérigraphie

Voici de quelle façon je pratique pour réaliser mes façades de projets.

Tout d'abord, je réalise un tracé en utilisant un logiciel de dessin gérant les calques. Ici, il s'agit de Fireworks, un vieux programme datant de 2006. Il suffit de choisir les calques nécessaires pour n'imprimer que les repères de perçage par exemple ou pour imprimer la sérigraphie finale.

Je choisi une résolution de 150 DPI (Dot Per Inch), donc points par pouce.
Chaque mesure réelle est ainsi convertie, en partant de sa valeur en cm : D'abord divisée par 2.54 puis multipliée par 150 et cela donne le nombre de pixels nécessaires. On obtient ainsi la certitude d'imprimer le projet aux bonnes dimensions.

Vient ensuite l'impression sur du papier photo puis sa plastification. Il ne reste plus qu'à faire les trous à l'emporte-pièce et à découper précisément la façade ainsi réalisée. Elle sera maintenue à la fois par les écrous des switchs, des potentiomètres et par des pastilles autocollantes double face pour les angles.

Lors des premiers essais au moment de refaire la façade de mon premier kit, le Miss Mosquita -40m QRP CW-, j'avais tenté de plastifier en mat mais le résultat est malheureusement terne, la plastification formant un voile visible par dessus la sérigraphie. C'est finalement des feuilles de plastification tout à fait standard et l'impression sur du papier photo glossy qui rendent le mieux. Il y a bien sûr des reflets lorsqu'une source de lumière se trouve en face de la façade, mais le rendu graphique est bien meilleur, la sérigraphie ressortant très bien.

Un effet curieux se produit concernant la couleur. Car la sérigraphie est bien imprimée avec la couleur de fond de l'aperçu ci-dessus (#272F3A) qui est gris foncé tirant vers le noir avec très peu de bleu. Mais la combinaison entre le papier photo et la plastification fait ressortir le bleu selon la luminosité comme on peut le constater encore bien plus sur les photos. Sûrement une question d'absorption de la lumière en fonction de la longueur d'onde.

 

A l'usage

J'ai branché trois transceivers sur ce boitier :
 un petit QRP 40m CW -Le Miss Mosquita II- qui ne comporte pourtant qu'une sortie casque mais qui est largement assez puissant en audio pour alimenter le HP externe de la station tout en permettant d'utiliser le casque du micro-casque en appoint. Et plus besoin de débrancher le manipulateur pour passer d'un appareil à l'autre.
 
 Le FT450D avec lequel j'utilise le micro-casque seul, mais le compresseur peut avoir son utilité.
 
 et un autre QRP, le ILER40 avec lequel j'enclenche le compresseur afin d'optimiser ses petits 5W en phonie. La encore, pour la CW, plus besoin de débrancher/rebrancher le manipulateur pour passer d'un appareil à l'autre.

 

Conclusion

C'est vraiment un outil pratique qui apporte un réel confort dans la station. Comme les divers appareils sont branchés dans le même ordre que celui qu'ils ont déjà sur le commutateur d'antenne, c'est un jeu d'enfant de passer d'un transceiver à l'autre par une simple sélection du même numéro sur deux commutateurs.

Il est d'ors et déjà indispensable et de plus, il n'y a plus un câble qui traîne sur la tablette de la station.

 

 

PGEgaHJlZj0iLz9GNVNXTi9Db25zdHJ1Y3Rpb25zL0NvbW11dGF0ZXVyLWRlLU1pY3JvJmFtcDtsb2dpbiI+Q29ubmV4aW9uPC9hPg==